Home

Un lieu commun clos, il y a foule.
Les gens passent les uns à côté des autres sans se voir. Un enfant court après sa mère qui l’oublie, absorbée par le livre qu’elle a dans les mains. Un jeune homme rit, levant le nez du Comics qu’il a sous les yeux. Une jeune fille s’amuse à jongler avec des balles, ne manquant pas de bousculer plusieurs personnes, entièrement prise par la tache de ne pas les faire tomber. Un homme en
costume chante à tue-tête alors qu’une mère portant son bébé le frôle pour passer devant lui. Stella, une femme d’une trentaine d’années, volontaire et déterminée, engueule un homme qui prend la fuite.

Stella : Espèce de salaud ! Tu mériterais qu’il t’arrive la même chose. Je souhaiterais ne jamais t’avoir rencontré et tu pourrais crever que je ne verserais pas une larme ! Tu me dégoûtes.

Une femme à l’air acariâtre la fustige du regard. La foule continue de passer à côté.
Pendant ce temps, on remarque une vieille dame, assise dans un coin, regardant autour d’elle.

La vieille dame, fixant Stella : On y arrive toujours.

Stella, éperdue, piétinant frénétiquement sur place, fouille dans son sac pour dénicher son paquet de cigarettes. Une fois trouvé, elle en extrait une cigarette qu’elle allume non sans difficultés (ses mains tremblent malgré ses efforts pour se contrôler), puis en avale une grande bouffée. La foule s’est un peu dissipée, créant une sorte de halo de solitude autour d’elle.

La vieille dame : On s’étonne sans suite.

Stella fume, tentant désespérément de chasser ses larmes avec la fumée qui s’échappe de sa bouche. Ses bras tremblent, elle presse vigoureusement son sac contre elle. Un ou deux passants la regardent indifféremment.

La vieille dame : On s’acharne au mieux.

Stella sent la présence de la vieille dame, elle tourne son regard vers elle et la regarde avec férocité. La foule se densifie à nouveau.

Stella : Qu’est-­ce qu’il y a ?

La vieille dame : On continue d’espérer. Et on tue la mélancolie. Elle regarde sa montre, se lève et disparaît dans l’espace, engloutie par la masse.

Stella se met à pleurer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s