Home

1. Abstrait

Au sens premier de l’action et de la morale, il y a le vrai qui en pâtit un brin lorsque les cygnes se détournent de la brume. Une action morale se juge par la valeur d’un script fonctionnel qui tourne et qui tourne bien.

Un programme nie l’action tout autant qu’il est.

Les fonctions du beau se succèdent en paragraphes infinis; jouxtant l’abîme clair et les fraîches ondées.

L’algorithme du départ est imminent.

Il a prise sur des machines abstraites qui fonctionnent dans la limpidité de leurs ravages. Aucune erreur n’est permise. Et si un grain de folie, une herbe folle, un ratage se présente, alors tout s’arrête, disjoncte. Est-ce cela la vie ?

Le fonctionnement parfait d’une machine abstraite.

Le sens moral a-t-il un lien avec cette logique ? Où est l’humain?

Si je tends mon bras pour empêcher le garde suisse d’arrêter l’immigré, alors ce geste vaut plus que les lois de papier, celles des nations qui protègent leurs frontières, car la valeur d’une existence humaine est infinie. Une vie n’en vaut pas une autre, chacune est unique et infinie dans sa valeur.

2. Concret

C’était un petit objet fait de rouages, une mécanique subtile créée par un orfèvre et un horloger de talent. Cette montre automate, on me l’ait offerte.

Chaque matin à cinq heures, elle m’indiquait la direction à prendre dans la journée, comme une sorte de boussole. Pour illustrer cela, je vous dirais que ce matin, elle m’indiqua que je devais remercier un ami pourront invitation de la veille. Hier matin, elle m’avait dit que je devais rembourser dix euros à une amie.

Lorsque je voyage, cette montre a le pouvoir de faire décoller un avion, si la police intervient pour arrêter un clandestin, en bloquant l’avion au sol. Cela a dû m’arriver deux ou trois fois.

Ma mère me l’avait donné à mes sept ans, lorsque que l’on considère que l’enfant est en âge de raison.

Cet objet lui avait été donné par sa mère qui elle même l’avait fait fabriquer dans les années trente, alors qu’elle avait vingt ans.

L’orfèvre horloger vivait dans une gare, caché de tous. Il réalisait des commandes énigmatiques comme celle-ci.

Pour cette commande, il s’était servi d’un livre ancien, un manuscrit enluminé qui se nommait Boussole, écrit en caractères chinois. La pensée d’un sage y avait été inscrite.

Ce sage chinois avait vécu au cinquième siècle. Le livre avait d’abord été gravé sur du bois, puis imprimé.

Je ne pourrais pas expliquer comment l’objet fonctionnait. Mais il m’indiquait quelque chose tous les matins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s